Les habitant·es s’adressent aux élus

Le dialogue entre les habitant.es et les élus locaux est au beau fixe à Poitiers. En avril dernier c’était quelques mots doux que des noctambules avaient déposés sur le terne domicile du député de la 2 circonscription de la vienne, sacha houlié. Cette fois-ci, c’est une prose plus enflammée qui lui a été adressé sous la forme d’une poubelle en feu placée sur la porte d’entrée de sa permanence (11 place de provence). Une manière comme une autre, et peut être plus efficace que d’autres de faire comprendre tout le bien que l’on pense des politiciens.

Poitiers, collectif ?

Poitiers collectif, une énième liste qui promet de faire de la politique autrement. Le nom est déjà tout un programme. Pourtant, comme tant d’autre avant elle, elle ne pourra le faire. Elle a déjà commencé à faire comme les autres.
Les élections, c’est un jeu, avec ses règles. La liste se veut collective et citoyenne. Pourtant, dans le but de se faire élire, elle affiche les soutiens de différents partis politiques : EELV, le PCF, Génération, entre autres. Et puis parce qu’il faut une tête de liste, une personne est choisit pour tenir ce rôle. Léonore Moncond’huy remporte le casting, elle l’encartée verte, déjà élue à la région. Et sa trombine s’affiche sur tous les documents électoraux et dans toute la ville. Une fois l’élection gagnée, tous les journaux font son portrait. On a connu des collectif plus collectif… Sur les 15 adjoint-es élu-es sur proposition de la liste, il y a deux encarté-es EELV, deux PCF et un génération. Le renvoit d’ascenceur, vielles recettes bien citoyennes…
Poitiers collectif met en avant l’écologie, la justice sociale et la démocratie. L’écologie, sans remettre en cause le capitalisme, l’idéologie de l’attractivité du territoire et la bagnole ? La justice sociale, sans remettre en cause le capitalisme et des institutions racistes et sexistes comme la police ? La démocratie, en ne remettant pas en cause le jeu électoral et la possibilité du pouvoir ?
Comme toutes municipalités, Poitiers dépend de la préfecture et de l’État. La préfecture peut juger illégale une décision prise « démocratiquement » par les élu-es.
On s’arrête là même si la liste est longue. Poitiers collectif, c’est encore des gens qui ont décidé de faire les choses à notre place, toujours pour notre bien, en ne changeant rien ou presque.
Le moins pire, on s’en tape. Et collectif n’est pas qu’un mot à afficher pour faire bien. On vous emmerde et on continue à lutter. Collectivement.

Aux personnes nouvellement élues

Cher Poitiers Collectif,
Je l’avoue, avant de lire votre programme je m’attendais à un pamphlet «ni de droite, ni de gauche, bien au contraire». D’autant plus après avoir vu les Verts™ sécuritaires de Lyon. Pourtant j’y ai trouvé des propositions qui m’ont fait plaisir. Comme on peut l’attendre d’un parti écolo, vous nous sortez des grandes phrases sur l’éducation des citoyen•e•s au recyclage et aux petites actions que chacun et chacune doit faire si il veut se donner bonne conscience sans s’attaquer au problème de fond. Mais à coté de ça, vous semblez vous interessé aux pauvres : gratuité de l’eau, gratuité des transports, revenu minimum tout en promettant de faire payer les entreprises pour ça. J’espere que ce ne sont pas des paroles en l’air. Votre utilisation de termes vides de sens (transition, économie circulaire,…) et votre absence de critique du capitalisme m’oblige à me demander si vous faites parti de ces fameuses pastèque (vert dehors,
rouge dedans) et que c’est une technique de camouflage ou si vous êtes seulement une coque vide.

On peut également lire dans votre programme que Poitiers doit devenir «la 1ère ville d’accueil des réfugié.e.s climatique» et que cet accueil doit être « inconditionnel ». Autant vous dire qu’après la fermeture de 2 squats depuis le début de la pandémie, j’étais surpris de lire ce genre de chose noir sur blanc. Si vous vous foutez pas de nous, vous avez intérêt de tenir vos flics. Parce que quand je lis plus loin que vous voulez « réaffirmer qu’aucun quartier ne doit être inaccessible à la police » et qu’il faut « favoriser autant que possible la présence des agents sur le terrain » je me dit que vous êtes soit complètement naïf soit complètement hypocrite.

En tout cas une chose est sûre : on vous lâchera pas.

Pensée anarchiste : le criminel, c’est l’électeur !

Albert Libertad (1875 – 1908) est le fondateur du journal L’anarchie. Que ce soit dans ses articles ou dans la rue, il ne cessera d’appeler à jouir de la vie sans attendre. A vivre ici et maintenant librement, débarrassé·es de tout préjugé moral et religieux. De la caserne à la cathédrale, du travail au mariage en passant par le syndicat, aucune des idoles de cette société n’est épargnée par ses critiques. Il n’hésite notamment pas à s’attaquer à la résignation des foules comme dans cet article paru en 1906 dans L’anarchie.

« Les gouvernants quels qu’ils soient, ont travaillé, travaillent et travailleront pour leurs intérêts, pour ceux de leurs castes et de leurs coteries.
Où en a-t-il été et comment pourrait-il en être autrement ? Les gouvernés sont des subalternes et des exploités : en connais-tu qui ne le soient pas ? […]
Tu te plains de tout ! Mais n’est-ce pas toi l’auteur des mille plaies qui te dévorent ?
Tu te plains de la police, de l’armée, de la justice, des casernes, des prisons, des administrations, des lois, des ministres, du gouvernement, des financiers, des spéculateurs, des fonctionnaires, des patrons, des prêtres, des proprios, des salaires, des chômages, du parlement, des impôts, des gabelous, des rentiers, de la cherté des vivres, des fermages et des loyers, des longues journées d’atelier et d’usine, de la maigre pitance, des privations sans nombre et de la masse infinie des iniquités injustices sociales.
Tu te plains ; mais tu veux le maintien du système où tu végètes. Tu te révoltes parfois, mais pour recommencer toujours. C’est toi qui produis tout, qui laboures et sèmes, qui forges et tisses, qui pétris et transformes, qui construis et fabriques, qui alimentes et fécondes !
Pourquoi donc ne consommes-tu pas à ta faim ? Pourquoi es-tu le mal vêtu, le mal nourri, le mal abrité ? Oui, pourquoi le sans pain, le sans souliers, le sans demeure ? Pourquoi n’es-tu pas ton maître ? Pourquoi te courbes-tu, obéis-tu, sers-tu ? Pourquoi es-tu l’inférieur, l’humilié, l’offensé, le serviteur, l’esclave ?
Tu élabores tout et tu ne possèdes rien ? Tout est par toi et tu n’es rien.
Je me trompe. Tu es l’électeur, le votard, celui qui accepte ce qui est; celui qui, par le bulletin de vote, sanctionne toutes ses misères ; celui qui, en votant, consacre toutes ses servitudes.
Tu es le volontaire valet, le domestique aimable, le laquais, le larbin, le chien léchant le fouet, rampant devant la poigne du maître. Tu es le sergot flic, le geôlier et le mouchard. Tu es le bon soldat, le portier modèle, le locataire bénévole. Tu es l’employé fidèle, le serviteur dévoué, … l’ouvrier résigné de ton propre esclavage. Tu es toi-même ton bourreau. De quoi te plains-tu ? […]
Tu es un danger à l’égal des tyrans, des maîtres que tu te donnes, que tu nommes, que tu soutiens, que tu nourris, que tu protèges de tes baïonnettes, que tu défends de ta force de brute, que tu exaltes de ton ignorance, que tu légalises par tes bulletins de vote, …
Si des candidats affamés de commandements et bourrés de platitudes, brossent l’échine et la croupe de ton autocratie de papier ; Si tu te grises de l’encens et des promesses que te déversent ceux qui t’ont toujours trahi, te trompent et te vendront demain : c’est que toi-même tu leur ressembles. C’est que tu ne vaux pas mieux que la horde de tes faméliques adulateurs. C’est que n’ayant pu t’élever à la conscience de ton individualité et de ton indépendance, tu es incapable de t’affranchir par toi-même. Tu ne veux, donc tu ne peux être libre.
Allons, vote bien ! Aies confiance en tes mandataires, crois en tes élus.
Mais cesse de te plaindre. Les jougs que tu subis, c’est toi-même qui te les imposes. Les crimes dont tu souffres, c’est toi qui les commets. C’est toi le maître, c’est toi le criminel, et, ironie, c’est toi l’esclave, c’est toi la victime. […]
Allons, un bon mouvement : quitte l’habit étroit de la législation, lave ton corps rudement, afin que crèvent les parasites et la vermine qui te dévorent. Alors seulement tu pourras vivre pleinement.
LE CRIMINEL, c’est l’Électeur ! »

Déchirez les petits papiers

À la mi-mars se tiendront dans toute la France les élections municipales. Et comme pour chacun des rituels du cirque démocratique, les vendeurs de bonnes paroles vont de logements en logements, rôdent sur les marchés, distribuant promesses et prospectus. On pourra alors, en laissant glisser ses yeux sur le papier glacé, rêver un peu de l’avenir que l’on nous vend. Comme lorsqu’on achète des jeux à gratter. S’imaginer un autre futur, façonné par des bouts de papier. Les élections sont depuis longtemps rejetées par celles et ceux qui souhaitent vivre sans chef.fes, et de plus en plus par le reste de la population. Pourtant, lorsqu’il s’agit des municipales, un autre discours s’immisce dans les belles paroles. Et certain.es en arrivent presque, à mots couverts, à appeler à voter voir même à participer à ces élections-là.
Pourtant les municipalités ne sont pas des institutions à part, ce sont elles aussi des structures au service de l’ordre établi. Armement de la police municipale, installation de caméras de vidéo-flicage, aménagements urbains au service des plus aisés, bétonisation… Tout cela n’est pas le résultat d’une couleur politique plus qu’une autre mais la réalité de l’exercice du pouvoir. Équiper les serviteurs, contrôler les réfractaires, favoriser son groupe social, marquer l’exercice du pouvoir dans le paysage.
On ne peut pas concevoir notre libération au sein des structures conçues par et pour la domination. Toute structure de contrôle, toute organisation qui prétend vouloir régenter nos vies doit être détruite pour nous permettre d’exister. Celles et ceux qui veulent décider pour nous ne peuvent être nos copaines.
Comme pour la loterie, la fortune et le pouvoir de quelques-uns passent par le vol de toutes les autres. Alors cessons de participer à ces mascarades, de laisser d’autres choisir pour nous, cessons de rêver et passons à l’action. Désertons les bureaux de vote. Agissons ici et maintenant pour apporter dans ce monde celui que nous portons dans nos cœurs.