Solidarité avec Boris

Un compagnon, Boris, incarcéré à la taule de Nancy-Maxéville depuis septembre 2020 pour l’incendie de deux antennes-relais dans le Jura pendant le confinement, est actuellement plongé en coma artificiel au service des grands brûlés de l’hôpital de Metz. Le feu aurait pris vers 6h30 dans la cellule samedi 7 août. La seule certitude est que la prison est un système de torture institutionnalisée, et que l’État –de la police à la justice jusqu’à la prison–, est directement responsable de cette situation. Que la tristesse se transforme en rage contre toute autorité….

Sélections contre le technomonde

7 mai 2019 à Kouaoua (territoires colonisés de kananie) : Incendie de la serpentine (une sorte de tapis roulant pour acheminer le minerai). L’incendie, comme les précédents, conduit à une interruption de l’activité minière jusqu’à la réparation.

3 janvier 2019 à la Limouzinière : Incendie d’une nacelle éolienne. Plusieurs semaines voir mois avant qu’elle puisse de nouveau produire de l’électricité.

7 janvier 2019 à Folles : Sabotage du mat de mesure éolien de la société Eolise. Le mat servait à prévoir l’implantation d’un parc éolien.

14 & 17 mai 2019 à Saint-Julien-Molin-Molette : Incendie d’engins de chantiers et d’utilitaires et de trois bâtiments algeco chez eurovia (entreprise du groupe Vinci) et dans une carrière. Revendiqués par des rapaces du Rajas sur nantes.indymedia.

11 février 2020 à Limoges : Incendie de 8 véhicules d’Enedis. Attaque revendiquée dans un courrier disponible sur labogue.info.

23 février 2020 à Gières : Incendie dans un immeuble hébergeant un laboratoire de recherche sur le domaine universitaire. Le laboratoire en question travaillait sur la mécanique du solide pour des applications dans le génie civil.

5 mai 2020 à Toulouse : Revendication de la crevaison de pneus de nombreuses voitures appartenant à “à l’état, au département, à Vinci, à SCS (une entreprise de télé-surveillance), à Enedis, à EDF, à un fournisseur gaz, à un installateur de fibre optique, un autre de télécom, à une entreprise de « Smart solutions pour industriels », à une agence immobilière”

23 juin 2020 à Erquy : Dégradations (dont tentative d’incendie) contre un véhicule de RTE (Réseaux de Transport d’électricité de france) alors que les agents réalisaient des études pour l’installation d’un parc éolien.

24 septembre 2020 à Pierrelatte : Sabotage de l’antenne 3 et 4G réalisé en cisaillant les câblages reliant l’antenne au réseau et à la fibre optique.

1er décembre 2020 au Massif de l’Étoile : Incendie dans un local technique au pied du pylôme de relais télévision du 2e plus important émeteur de télédiffusion. 3,5 millions de personnes privées de propagande télévisée et radiophonique. Le feu est parti de l’extérieur du site sur les câbles faisant le lien entre le local technique et l’antenne.

18 février 2021 à Brézins : Incendies visant la société Constructructel Constructions et Telecom, spécialisée dans le déploiement de réseaux de télécom et fibre optique.

19 février 2021 à Laz : Tags contre une centrale photovoltaïque portée par Total Quadran.

23 février 2021 : Revendications de deux incendies visant l’entreprise Constructel. Ont été ciblés l’antenne-relais, les bobines de câbles d’antennes et de fibres optiques.
Revendication disponible sur nantes-indymédia sous le titre “Et si les stocks de câbles venaient à brûler ?”.

4 mars 2021 à Château-Arnoux-Saint-Auban : Revendication de l’incendie des bureaux et d’un 4X4 de la société télécom GMS (filiale de Scopelec). Installateur de la 5G.

La 5G et le technomonde

Parait que la 5G est une invention formidable, graphique et chiffre absurde à l’appui. Que ce sera un véritable moteur pour la croissance, c’est-à-dire un nouveau moyen pour les exploiteurs d’accroitre leurs profits.
La 5G n’est qu’une des multiples briques des murs que la domination ne cesse de construire autour de nous. Des caméras pour nous fliquer dans la rue aux logiciels de reconnaissance faciale, en passant par l’utilisation de nos téléphones portables, véritables mouchards de poche. Mais la spécificité de la 5G et des autres briques de communication, c’est qu’elles permettent l’interconnexion de ces outils de domination.
Qu’elle soit au sommet d’un poteau, accrochée à un drone ou simplement entre les mains d’une pourriture en uniforme, la caméra reliée par internet aux serveurs de la police pourra utiliser les logiciels de reconnaissance faciale. On peut penser que le drone sera télécommandé aussi en utilisant la 5G. Et ces informations pourront être vérifiées en temps réel avec différents moyens de localisation des téléphones.
Sans interconnexions, tout ceci devient plus complexe à mettre en place voir tout simplement impossible. Les antennes-relais, les nœuds de fibres optiques sont d’une certaine manière les veines de la domination. Mais les cœurs qui propulsent ce liquide numérique n’ont pas changé et les vampires qui s’y abreuvent n’ont plus. Le télétravail enrichit toujours les mêmes exploiteurs. L’école à la maison fabrique toujours les mêmes citoyen·nes-employé·es. Le travail dans les entrepôts des sites de vente en ligne est aussi horrible que dans les usines.
Pour alimenter tout ça, il faut des minerais et donc des mines. Il faut des soldats pour contrôler les terres et les livrer aux saccages. Il faut des usines et des centrales pour fournir l’énergie nécessaire au fonctionnement des machines. Il faut des scientifiques et des ingénieurs pour concevoir tout ça, des excavatrices aux réacteurs nucléaires en passant par les chaines de production.
Derrière cet entrelacs de fibres, on retrouve les mêmes ordures qu’hier. Que les câbles se coupent, et voilà que le commerce doit s’arrêter. Qu’une antenne s’enflamme et c’est la voix du pouvoir qui cesse de résonner. Les fiches qui servent aux états à quadriller nos existences, de la carte d’identité au fichage génétique, ne sont plus au fond de tiroir, mais dans des data-centers. Qu’une caméra soit détruite et c’est le techno-flic qui devient borgne.
Ces technologies ne sont pas une forme nouvelle du pouvoir, mais une extension. Les caméras ne diminuent pas le nombre de flics qui rôdent en bagnoles. Les bracelets électroniques ne diminuent pas les prisons, mais transforment chaque domicile en cellule potentielle. Ces technologies viennent compléter l’arsenal du pouvoir. Toute réponse technicienne à un problème issu de cette société ne fait que renforcer la domination. Ainsi les dispositifs techniques pour censurer les sites pédophiles marchent aussi bien contre les sites subversifs. De plus, ils n’ont aucun effet sur la pédocriminalité puisqu’ils ne s’attaquent pas aux causes du problème. On a vu le même mécanisme au sujet de l’ADN qui a été vendu comme un moyen d’arrêter les violeurs et les meurtriers, mais qui sert aujourd’hui à fichier n’importe qui.
Ces dispositifs techniques nous privent de notre capacité à agir en confiant la résolution du problème à d’autres. Et soyons clairs, les scientifiques et les ingénieurs qui développent ces technologies n’ont pas du tout les mêmes intérêts que nous.