Couic-couic

Lorsque que l’on parle de sexualité cis-hétéro, c’est trop souvent la ou les meufs qui s’en chargent. Avec toute la charge mentale et les emmerdes qui vont avec, comme par exemple les effets secondaires bien lourds et nocifs des pilules contraceptives. Pourtant même si on en parle pas à l’école, il est tout à fait possible de recourir à des moyens de contraception «_testiculaire_», autres que le préservatif externe. C’est le sujet de la brochure Les contraceptions testiculaires du collectif Thomas Bouloù. Cette brochure contient une introduction au fonctionnement des testicules ainsi que la présentation de plusieurs méthodes de contraception. Trois temporaires : slips chauffants, préservatifs et hormonale, et une pseudo-définitive : la vasectomie.
«_Il s’agit d’une opération chirurgicale de «_stérilisation à visée contraceptive_». Simple et rapide, elle consiste à couper le passage aux spermatozoïdes pour les empêcher de rejoindre le sperme. Il y aura toujours éjaculation de liquide séminal, mais le spermogramme effectué quelques semaines après l’intervention indique désormais_: «_absence totale de spermatozoïdes_». Le système hormonal et le fonctionnement sexuel ne sont pas affectés._»
« L’accès à ce droit [la stérilisation définitive] reste cependant un parcours compliqué, beaucoup de personnes se heurtant à l’absence d’information d’abord, et ensuite au refus moral des médecins. Souvent, ceux-ci n’accompagnent pas leurs patient·e·s dans leurs choix mais cherchent plutôt à les dissuader (surtout quand ils ou elles sont jeunes et sans enfant). »
Notons que les refus peuvent être particulièrement violents (encore plus spécialement pour les personnes avec un utérus) et que nous recommandons de faire des recherches pour trouver un·e praticien·e moins relou que les autres.

avortez-moi

En juin dernier, la cour suprême des états-unis a abrogé le droit à l’avortement, laissant ainsi chaque état faire leur tambouille et décider si oui ou non les personnes enceintes pourraient encore avorter légalement. En octobre 2020, c’est la pologne qui restreint encore un peu plus les possibilités d’avortement (déjà mince), dorénavant autorisé uniquement pour protéger la « vie » ou la santé des personnes enceintes, ou quand la grossesse résulte d’un viol. Sachant comment la reconnaissance des viols est simple dans ce monde patriarcal, on imagine l’horreur de la situation pour les victimes. Toujours en octobre 2020, 35 états (dont les deux cités plus haut) ont signé la Déclaration de consensus de Genève sur la promotion de la santé de LA femme et le renforcement de LA famille. Rien que le nom ça fait rêver. Des états qui ne peuvent pas se piffrer sur le plan politique ont signé un texte en commun pour cracher sur l’existence d’un droit à l’avortement international et sur l’obligation des états à faciliter ou financer des avortements. Apparemment l’ingérence sur les corps des personnes sexisées ça met tout le monde d’accord.
En france, quand tu veux avorter et même si c’est «_légal_», les locaux sont les mêmes que pour les personnes sur le point d’accoucher, histoire de bien te faire sentir que tu es une erreur dans la matrice de la reproduction de la vie, un bug dans le modèle de la famille hétéro-patriarcale. La culpabilisation te tombe dessus alors qu’un ovule ça se féconde pas tout seul (ou si mais c’est désiré dans ce cas là) et que la charge contraceptive est toujours très largement portée par les assignées meuf. Les idées conservatrices pro-life sont toujours présentes dans le paysage français, portées notamment par les fanatiques catho et facho dans leurs églises et leurs écoles. On peut citer la fraternité pie X qui a près de 200 lieux de culte (la chapelle de l’Immaculée Conception à Poitiers, la collégiale de Thouars, un pensionnat pour filles à Romagne…), les Survivants, Sos tout petits, la Fondation Lejeune et par le biais de la Lejeune Académie qui s’est tenue au domaine de l’abbaye de Pontlevoy (41), iels commencent à enrôler de plus en plus tôt. Et tout ce beau monde se retrouvera le 16 janvier à la marche pour la vie à paris.
Tout ça pour dire que les conditions d’accès à l’avortement ne vont pas continuer de s’améliorer. Et il restera toujours des personnes qui n’auront pas accès à ce ‘droit’ car sans papier, sans sécu, mineure, pauvre, trans, ayant dépassé le délai légal des 12 semaines (délais légal en france), car malmenée, horrifié, influencé par le personnel médical, ou situé dans un désert médical aux délais de prise en charge trop long…
Nos corps sont entre les mains des institutions. Nous sommes dorénavant tributaires du bon vouloir de politicien·ne et des médecins pour gérer nos vies et nos envies ou non de reproduction. Une pratique légale un jour peut devenir illégale le lendemain, voilà les limites des droits et des lois.
La légalisation de l’avortement en france en 1975 a certes contribué à sauver la vie de personnes enceintes qui pratiquaient des avortements de manière risqué mais elle a aussi criminalisé toutes les pratiques sortant du cadre imposé par l’ordre médical institutionnel. Le MLAC (Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contrecaption) s’est battu ouvertement à partir de 73 pour la réappropriation des savoirs et pratiques médicales autour du corps des femmes et plus discrètement pour diffuser l’auto-avortement notamment avec la méthode Karman (par aspiration) simple et peu risquée. La répression est tombée sur certaine membre du MLAC et les groupes locaux se sont dissous dans les années 80. L’avortement par les plantes était également un savoir historique connu et transmis. Bien que les plantes soient de retour sur la scène de l’auto-médication, par le biais de bouquin, de brochures, faut se le sentir pour s’avorter sois-même et faire confiance aux gratte-papier qui peuvent être à peu près n’importe qui. Les savoirs directs transmis de personnes à personnes, avec une pratique et une expérience concrète sont rares, difficilement trouvable car toujours criminalisés, les initiatives collectives et autonome réduites à néant. En étant dépossédées des pratiques et des connaissances propres à nos corps nous sommes devenues dépendantes de ce système et dans l’impossibilité de pouvoir faire les choix qui nous conviennent.

Au états unis et sûrement ailleurs, il existe encore (mais pour combien de temps) des groupes pratiquants l’avortement auto-géré, le groupe Jane ou le groupe Boston Women’s Health Collective. Et il existe encore des personnes pour faire entendre leurs voix et porter leurs idées dans les actes.

Eglise Saint John XXIII de Fort Collins vitres détruites et tags – Entrée de l’organisation anti-avortement Oregon Right to Life à Keizer endomagée aux molotovs – Asso anti-avortement à Madison 2 vitres brisées et molotov lancé à l’interieur – Centre de grossesse anti-avortement Next Step Pregnancy Center à Lynnwood vitres détruites – Centre de grossesse anti-avortement Mountain Aera Pregnancy Services à West Ashville porte brisée – Centre de santé des anti-avortement CompassCare à Amherst incendié et tag « Jane was here » – Centre anti-avortement de l’organisation chrétienne fondamentaliste First Image de Gresham incendié – Centre de grossesse Hope de Philadelphie vitres bisées – Manif sauvage à Portland banque, commerces et centre anti-avortement aux vitrines détruites – Siège des députés et scénateurs du Vermont 7 fenêtres détruites et tag disant « si l’avortement est menacé, vous l’êtes aussi »…

vener

Depuis tout·e petit·e je pige pas ce monde, chaque jours je suis confronté·e à cette incompréhension.
J’ai cette question en tête depuis bien longtemps
Pourquoi ne naît on pas libre ?
Et pourquoi n’est on pas libre de ne pas donner la vie ?
Ben parce qu’on est pas libre de disposer de notre corps comme on veut.
Je me sens enfermé·e et ça me brûle de l’intérieur.
Obliger d’aller à l’école, obliger de travailler, obliger de payer encore et encore au prix de ma liberté ! Ma liberté d’ailleurs de ne pas procréer sans jugement, ni injonction, elle est où ?
J’ai lu et je lis encore des témoignages sur le refus d’ivg, que dans certains pays c’est encore un crime. Que suivant quel guignols sont au pouvoir cette liberté d’avorter est retirée.
Je me rappelle de ce jour ou je me suis dis bon ça fait assez longtemps que je veux pas de gosse on va se renseigner sur comment virer tout le bazard et être tranquille une bonne fois pour toute.
Ben j’ai pleurer en lisant les témoignages des nombreuses personnes dotées de ce sacro saint utérus qui se sont vues refuser une opération qui ne regarde qu’elleux. LE combat, la violence des propos des « professionnels » et la remise en question*
permanente de leur choix. J’ai eu peur longtemps, j’en ai parlé autour de moi timidement de ce choix. Trop souvent jugé·e avec cette fameuse phrase «Mais tu changeras d’avis».
Ce à quoi je répondais : «C’est pas parce que j’ai un utérus qu’il doit forcément servir.»
J’aurai voulu naître libre de vivre ma vie comme je l’entends, d’apprendre à mon rythme les choses qui m’intéressent et ne pas être jugé·e pour mes choix. A quoi bon procréer encore aujourd’hui, le monde brûle dans tous les sens du terme.
Je veux pas faire naître un enfant dans ce monde, je le hais déjà assez pour que cet enfant ai à le subir lui aussi.
C’est égoïste de penser à faire des enfants encore aujourd’hui. C’est quoi la vie qu’on leur offre si iels ne disposent même pas de la liberté de disposer de leur propre corps ?
Le monde dans lequel on vit me consomme et me consume mais ne m’éteins pas.
Mais ce n’est pas une impression, c’est une vie mortifère avec des bribes d’espoir…
Des camarades aussi enragé·es que moi m’offrent cet oxygène qui me manque. Des noms de professionnels sous le manteau, des personnes a pénis qui passent sur le billard pour une vasectomie. Avec comme retour de bâton les nombreux jugement sur la perte de leur virilité… mais au moins c’est un peu plus simple quand on a un phallus. Ça aide un peu celleux qui n’ont pas accès aux privilèges du zgueg a risquer de moins tomber dans les dédales de cette quete des spécialistes. Qui peut etre voudront bien sous conditions multiple te faire l’honneur de disposer de ton corps comme tu l’entends. Mais cela ne calme pas ma rage, ni ne règle le problème de cette société patriarcale. Ce sont des miettes de liberté pour tout cet océan de merde que porte sur le dos ces milliards de personnes à utérus qui veulent simplement se débarrasser d’un poids en plus.
J’ai envie de tout péter, crier, réveiller ces gentes qui valorisent le discours pro vie ou qui se sont résignés à accepter que la vie c’est ça.
Je n’accepte pas, je n’abdique pas et je souhaite que les générations à venir puissent choisir comment iels vivront leurs vies.

Pour les enfants que je n’aurai pas mais pour ceux qui sont déjà la et qui subissent déjà ce monde ma colère ne s’éteindra pas.

Vener

Justice patriarcale

A. est devant le tribunal pour menaces de mort et coups de pied sur O, iels ont eu un enfant ensemble. A a déjà été condamné pour des violences sur O. Il justifie ces violences par un discours machiste : « Elle me trompait aussi, c’est le tout qui fait ça ! Je suis coupable… mais je suis victime un peu aussi ! ». Bref, encore une crevure de mec qui considère les femmes comme des marchandises, comme des biens dont on peut être propriétaire. Il partira purger dix mois ferme, où il pourra se plaindre avec d’autres agresseurs là pour les mêmes raisons de ne plus pouvoir traiter leurs compagnes comme leurs meubles.
Si visiblement les juges commencent à considérer que les femmes sont des êtres humains, ce n’est pas encore gagné pour les enfants. Puisque malgré les violences, A. pourra continuer d’exercer « l’autorité parentale ». Et donc à continuer d’exercer un pouvoir de nuisances sur O. et l’enfant. Dans l’immense majorité des violences dites « conjugales », les violences continuent même après la séparation et les hommes violents se servent de ce lien pour harceler, manipuler et menacer les mères. De plus, d’après une enquête Unicef de 2003, 40 à 60% des enfants témoins de violence conjugale sont victimes de violences par l’auteur des violences conjugales.
Ce que les juges protègent ce n’est ni O., ni l’enfant, mais le système patriarcale et un de ses dérivés : la famille.

Lectures revanchardes

• Les orageuses / Marcia Burnier / ed. Cambourakis

C’est un petit bouquin, qui fait autant du bien qu’il tape là où ça fait mal, au cœur de l’hétérocispatriarcat. Sans trop être enrobé de fioritures, voir presque pas assez (on aimerait parfois en savoir un peu plus sur les personnages), on suit des bribes de vies reliées par une même envie. Une envie de vengeance, de violence collective par celleux qui se sont fait marcher dessus. Ça ne parle que de cela, un peu des dérives, des doutes aussi. Et ça fait du bien dans une fiction, d’avoir ce point de vue, celui des survivant.es amoché.es mais pas victimisé.es, et cette perspective, celle qui nous redonne la force et la capacité d’agir surtout quand on est épaulé.es.

Toute rage dehors/ infokiosque.net

Tu trouveras une compil de textes mettant en mots des actes de ripostes et de vengeances concrètes. Des mots de colère, de frustration mais aussi de joie et de plaisir. Ça va du récit d’expérience perso au communiqué d’action collective. Pour donner des idées, des envies, des moyens d’agir contre celleux qui perpétuent et profitent de la domination sexiste. Mais aussi pour nous questionner dans notre propre rapport au conflit, à la violence et faire notre chemin perso là dedans sans suivre une voie toute tracée.

Les petits colibris de l’extrême droite

Pour se diffuser les idées ont besoin de mots. L’extrême-droite, la droite, ou plutôt toutes les personnes ne reconnaissant pas l’existence des oppressions systémiques et ne luttant pas contre, mettent en place des termes pour véhiculer leurs idées de merde. On a vu fleurir le concept de théorie du genre, de cancel culture, d’islamo-gauchiste… On les retrouve dans les discours des policien·nes et relayé dans leurs médias. Mais malheureusement leur diffusion ne s’arrête pas là, et tels des petits colibris de l’extreme-droite, les mots et les idées sont reprises dans tous le spectre politique, chacun·e faisant sa part pour les rendre acceptables. La droite n’est pas en reste, elle reprend à sa sauce des concepts (l’affiche « liberté » de marine le pen) et revisite l’histoire sans aucun problème (théories révisionnistes en plus des faits habituellement passés sous silence). Il n’y a plus de vérité des faits, les mots sont vidés de leur sens et des théories improbables sont acceptées. Dans cette confusion ambiante, il nous parait important de ne pas céder à cela et donc de ne pas accepter des discours confus peu importe d’où ils viennent.

La cancel culture est une expression fourre-tout, inventée par la droite américaine pour disqualifier certaines revendications en matière de justice sociale. C’est un ensemble de réponses à l’impunité des dirigeants et à l’effacement des dominations. Et pourtant la cancel culture fait aussi peur à gôche (charli hebdo par exemple qui a peur de la censure populaire). Quand les personnes qui se font marcher dessus décident de dénoncer et d’agir sans avoir recours au système judiciaire que l’on sait complice des gens de pouvoirs, c’est la panique. Quand on boycotte le film d’un violeur ou qu’on toy un graff qu’on trouve nase, c’est la panique. Quand on veut dégager une statue de colon esclavagiste, c’est la panique. Que ce soit sur internet ou dans la rue ces « annulations » sont un moyen d’action face aux puissan·es.
L’acheter français gangrène certains cerveaux. Derrière ces mots n’y a-t-il pas des relents de protectionnisme nationaliste. Le silp français n’est-il pas produit par des travailleureuse francais·es exploité·es. L’usine en france n’est pas plus reluisante que celle en pologne. On a envie de crier au PCF que sont des exploité·es où qu’ielles soient.
Le mot migrant.e a remplacé sans papier. Une manière de reporter les problèmes sur leur passage alors que ce qui est merdique ce sont ces frontières étatiques et ces bouts de papier appelé carte d’identité qui te donne des avantages de passage ou te relègue dans les marges.
La théorie du genre, est une expression créee pour décrédibiliser la prise en compte du genre dans la sociabilissation des gosses. Attention à vous, la « théorie du genre » va transformer les filles en garçons et les garçons en filles, avec une idée très précise de ce qu’est une fille ou un garçon (entre les deux rien n’existe évidement !). Comment un concept comme celui là a pu se retrouver au programme d’une discussion à la grotte, à poitiers, un lieu ou les personnes se reconnaissent plus dans les squatteureuses que dans les huissiers ? Une des luttes de la manif pour tous est crédibilisée dans le milieu libertaire et se diffuse tranquillou, sans questionnement sur l’origine de cette théorie fumeuse.

Les mots engendrent la mise en place de pratiques. Cela amène souvent à des phénomènes d’exclusions, de rejet et de stigmatisations des minorités.
On peut parler du courant « féministe » TERF (trans exclusionary radical feminism), qui ne se revendique pas toujours ouvertement sous cette appellation, mais qui, par des pratiques et des oublis volontaires excluent les meufs trans des luttes féministes. Radicale oui, dans certaines de leur action, mais pour nous la radicalité, c’est de lier toutes les luttes et les causes des oppressions. Les TERFs basent les oppressions sexistes sur le vécu d’un corps féminin stéréotypé (reproducteur, avec des organes génitaux femelle binaire) et invisibilisent le sexisme vécu par les trans. Nous pensons que le sexisme est lié au genre que nous performons, perçu par la société. Que ce soit des féminismes aux anarchismes, n’importe qui se doit de se questionner sur, qui iel oubli, qui iel stigmatise.

Sur cette question de l’oubli, il y a une marge de tolérance face à des personnes n’ayant jamais été confrontée ces questions. Seulement, jusqu’où va l’ignorance ? Nous ne pensons pas que les Terf oublient, car elles se confortent dans cette exclusion, nous ne pensons pas que les anti-tec actuels comme PMO oubli que leurs propos sont validistes et sexistes, car cela leur a déjà été dit et que rien ne change dans leurs discours, nous ne pensons pas que les habitants légalisés et propriétaires de l’ex-zad de nndl est oubliés dans la lutte les personnes faisant le choix (ou étant contraint) d’occuper illégalement. L’oubli a bon dos pour mettre des questions de côté ou des gens, des choses que l’on trouve plus facile d’omettre, car cela colle mieux à des théories ou parce que cela facilite des pratiques.

On trouve ça dégeux de piocher tranquillement ce qui nous arrange ou des idées créées par la droite et de s’opposer farouchement à d’autres, c’est comme s’il y avait les mots de haines tolérables et ceux qui ne le seraient pas. Et donc on continuera à s’opposer à tous ces discours, à toutes les personnes qui les diffusent, qu’ielles brandissent un drapeau noir, rouge, violet ou bleu/blanc/rouge.

la fac au lance-pierre

Bitard

Confrérie étudiante poitevine pour faire « la teuf » avec option humour gras et naze. Ça considère que baiser peut être un trophée à punaiser sur leur faluche, belle vision du cul non pas comme un échange entre plusieurs personne mais bien comme une compétition, un truc à conquérir et à gagner. Ça picole comme des trous, valorise et dédramatise la consommation à outrance, sans remise en cause de l’alcool comme une drogue ravageuse (la drogue légale dont la population est le plus accro), dont la consommation est fortement empreint de virilisme (à qui boira le plus) et qui est souvent utilisé pour déresponsabilisé des comportements de merde (« c’est pas de sa faute il était bourré »). On oublie pas non plus la bite en béton érigée sur le campus, encore une qu’on couperait bien, parce qu’on en peux plus d’en voir partout comme symbole de vos virilités de merde. Comme des chiens qui pissent en marquant leur territoire, vous rependez vos bites sur les murs et maintenant au milieu de la pelouse. On leur décerne le pin’s vomi tant iels nous foutent la gerbe.

Psychanalyse du maton

Parmis les travaux de recherche, on trouve parfois de véritables perles. C’est notamment le cas de la thèse de Piouffre-Sauvaget Emilie sur le « mal être et le suicide des personnels pénitentiaires » de l’URM Recherche en Psychopathologie et Psychanalyse. Financé par le centre de formation des matons (Ecole Nationale de l’Administration Pénitentiaire), il s’agit rien de moins que de chercher à répondre pourquoi les geôliers et bourreaux ont un taux de suicide 31 % plus élevé que la population générale. Peut-être croient-ils à cet adage non dénué de sagesse : « Flics suicidés, faute à moitié pardonné » ? Car nous n’oublions pas qu’en 2020, 119 détenu.es se sont suicidées et que les personnes détenues se suicident six fois plus que la population générale, à caractéristiques démographiques égales (âge, sexe). On n’oublie pas non plus ces fois où les matons ont déguisés leurs assassinats en suicide : Sambaly en 2016 à Saint-Martin-de-Ré, Jaouad en Seysses en 2018, Mohammed en 2019 au CRA de Vincennes, Idir en 2020 à Lyon-Corbas… On oublie pas les violences, les viols, les meurtres. Alors les matons peuvent bien tous se suicider, on en pardonnera aucun. La prison existe pour défendre les privilèges des riches et des puissants. C’est une violence permanente au service du capitalisme, du patriarcat et du colonialisme. Nous sommes contre la prison car nous sommes contre la société qu’elle reprodui et protège : celle des frontières, du viol et de l’exploitation. Mais la prison n’est pas seulement ce bâtiment hérissés de mirador et de barbelés, la prison c’est aussi les matons qui jour après jour humilie et torture. C’est aussi les entreprises qui les construisent, les architectes qui les dessinent, les magistrats et préfets qui les remplissent.

Bizutage

Avec le mois de septembre vient la saison des intégrations et autre variations langagière pour ne plus dire bizutage. Des plus sadiques aux plus débiles, ce sera l’occasion pour les anciens d’exercer leur sadisme sur les plus jeunes. Tradition, virilisme et alcool sauront laisser un traumatisme inoubliable à celleux que la pression sociale aura plus ou moins forcés jusqu’ici. En 2013, l’église de la place du marché ainsi que l’office de tourisme et la façade d’une banque avaient été aspergée de colorants lors d’une soirée d’intégration de médecine. Voilà une proposition de soirée plus charmante que d’aller s’intoxiquer. Et voilà des lieux bien plus sympathiques à redécorer que ses camarades. Et n’oublie jamais : tu vaut mieux qu’être le jouet d’un soir de crevures, ainés ou pas.

Savoir mortel

Au 43 route de l’aérodrome, se trouve le Centre d’Etude Aérodynamique et Thermique (CEAT). C’est un des lieux où le lien se fait entre la recherche universitaire et les utilisations industrielles. Thalès, EADS, Airbus, Dassault et autres fabricants d’armes s’en servent afin de rendre encore plus redoutables leurs bombardiers, hélicoptères, drones, missiles et bombes. C’est là que s’élaborent les outils des massacres d’aujourd’hui comme de demain. Car les guerres modernes se jouent autant dans les casernes que dans les laboratoires.

Dans la tambouille des diplômes

Vous êtes titulaires d’un bac+5 et vous ne savez pas quoi faire de vos jeudis après-midi ? N’hésitez pas à postuler au diplôme inter-université sur l’homéopathie, organisé conjointement par les facs de poitiers et tours. Vous y apprendrez comment soigner un rhume en 7 jours au lieu d’une semaine grâce aux bienfaits du sucre et de la farine. Cela complétera utilement les 6h de cours sur le sujet en 3e année de pharma. Le tout sera ensuite bien évidemment revu pour celleux qui souhaitent travailler en officine qui en reprendront pour plus d’une dizaine d’heures sur l’homéopathie et une autre bonne dizaine sur les prétendus bienfaits de l’inhalation des huiles essentielles (aromathérapie). Si vous comptez là-dessus pour vous soigner, on vous conseille plutôt de faire des crêpes au lait végétal et à l’arôme vanille. Non seulement vous retrouverez tout les ingrédients actifs de l’homéopathie (farine et sucre) mais en plus ce sera nettement plus agréable.

A l’école du tonfa

Même les observateurices les moins attentives peuvent le remarquer : les établissements scolaires ressemblent terriblement à un mixte entre la prison et la caserne. Sentinelles à l’entrée, pause sous surveillance, sonneries, mises en rang et autres drapeaux nationaux sur la façade. Sans compter les initiatives les plus flipantes, comme celle de la région PACA de tester la reconaissance faciale dans des lyçées à Marseilles et Nice. Dans ce contexte de développement du contrôle et du flicage permament, un établissement scolaire poitevin à su particulièrement bien se place. Le lyçée du dolmen propose ainsi un BTS (BAC+2) et un BAC pro pour préparer les futurs flics, matons, gendarmes, militaires et vigiles en tout genre. Pas besoin de caméras avec des camarades comme ça.

Les esprits frappeurs se rencontrent

Peut-être ne connaissez vous pas encore la rose croix d’or, une secte chrétienne implantée à poitiers (voir à ce propos le numéro 7). Par contre, elle semble bien connu des enseignants de la fac de poitiers. Ainsi ce n’est pas moins qu’Eric Palazzo, professeur d’histoire de l’art et ex-doyen de l’UFR Sciences Humaines et arts, et Philippe Grosos, professeur de philosophie, qui se sont déplacés pour le weekend de la secte en pays cathare : le fil d’or du libre esprit (les 10, 11 et 12 septembre 2021) à tarascon-sur-ariège. L’ex-doyen y est ainsi venu parler de cette « énergie spirituelle » transmise à l’homme par sa propre création (dieu) censée servir à « accomplir son voyage spirituel aussi bien sur terre que dans l’au-delà ». Et les deux profs sauront bien entouré puisqu’ils seront accompagnés de Sergi Grau Torras, historien à l’Université de Barcelone, qui déclare notamment que « l’interaction entre la science, les arts et la religion est indispensable pour produire la connaissance scientifique ». Encore un qui doit se vacciner à l’eau bénite et qui compte sur la prière du soir pour que le soleil se lève le lendemain matin.

 

 

Squatter ou sauver, il faut choisir.

“Squatter ou sauver” nous plonge dans la vie d’un squat d’habitation et de lutte anarca-féministe-queer-antirasciste en non-mixité. Cela nous montre comment derrière ces mots, il existe plusieurs réalités. Comment squatter peut être récupéré pour faire dans l’humanitaire, comment l’auto-organisation ne va pas de soi et que la lutte peut être un effet de mode surtout esthétique.
À la base du problème notamment, un manque de définition des positions politiques claires pour le lieu et pour toustes. Même s’il y a eu des tentatives pour le faire au départ et en cours de route, la volonté de voir se réaliser ce projet a dépassé les doutes de chacune et tue les conceptions inconciliables de ce que sont les luttes féministes, queer et anti-raciste/décoloniale.

De cette expérience il ressort trois figures récurrentes que l’on peut transposer à d’autres luttes, si si vous les avez déjà croisées. Il y a l’ »associative », la “sauveuse” et la “radicale”. Les associatives consomment le squat comme un lieu alternatif dans un but individualiste et libéral, en oubliant régulièrement toutes les questions de sécurité. Pour elles, l’auto-organisation est soit impossible soit se fera magiquement et tout ira bien, sans penser une seule seconde que du “chaos renaît l’ordre, celui que l’on redoute, celui qui se met en place insidieusement, celui contre lequel on lutte” (coucou le féminisme blanc-bourgeois-cis-het).
Les sauveuses pensent le squat comme un moyen de pallier au manque de l’état, pensent en terme de quantité, d’hébergement de masse et d’urgence et d’intégration des personnes notamment les habitantes migrantes (coucou les gauchiasses rascistes-maternalistes). Ça efface totalement que le squat est un espace de lutte et d’émancipation vis-à-vis du pouvoir, en tout cas celui-là – car il y en a tout un tas dont les institutions se servent officieusement, ne l’oublions pas.
On en arrive aux “radicales”, celles qui veulent poser des mots, clarifier, discuter de fonctionnement, d’idéologies, de conflits. Qui s’épuisent à vouloir que toustes s’auto-forment et se remettent en question.

Le zine parle aussi des conflits, des agressions, des dynamiques affinitaires, de la safeitude, bref un sale tableau pour nous dire que nulle part, on est exempt d’oppressions systémiques et d’individualisme libérale. Partager les mêmes oppressions ne suffit pas à rassembler des individus dans une lutte. Cela ne prend pas en compte comment les personnes veulent lutter, pourquoi et avec qui. Prenons-le comme une piqûre de rappel pour tenter d’éviter de tomber dans les mêmes travers.

A lire sur :

https://paris-luttes.info/zine-squatter-ou-sauver-comment-le-14817?lang=fr

ou en cliquant ici : sauver-squatter

Contre toutes les cages

Quand on commence à parler de lutte conte la prison d’un point de vu féministe, on peut avoir dans la minute une remarque du genre « mais les violeurs* quand même ! ». Alors trigger ce texte va parler de ça un peu (pas de détail, pas de description) mais c’est surtout une tentative de réflexion anarca-féministe plus générale.

pourquoi parler de ça

Les luttes féministes contre la taule ne s’arrêtent pas à la question des violeurs, heureusement. Seulement dans les critiques anti-carcérales il y a parfois un vide à ce sujet. Est-ce délibéré ? Trop épineux ? Casse-gueule ? Essayons de se frotter aux ronces. La proportion pour viol ou agression sexuelle en taule est relativement faible (10,7 %, source OIP) alors certain·e ne trouve peut-être pas judicieux de s’attarder dessus. Plus de la moitié des prisons sont remplis par des peines pour vols ou trafic de stup (source OIP). A ces sujets la critique de l’enfermement est plus “simple”, il suffit de dire que ces personnes pourraient être libres si on changeait notre relation à la propriété et à la légalité (de la défonce notamment). Un braquage, un acte quelconque de rébellion contre la société, peut être vu comme une chouette pratique subversive. Cependant, être en taule pour viol, pédocriminalité, inceste… c’est pas mythifiable, c’est pas excusable et donc on fait quoi avec ça.

la société du viol

Les violences sexuelles et sexistes font partie du patriarcat, elles ne sont pas des faits isolés ou le résultat de comportements individuels « déviants ». Elles sont la norme. Le produit d’individus bercés dans une société qui diffuse la culture du viol. On peut juste vous dire de regarder, écouter autour de vous, de réfléchir 5 minutes à vos comportements ou vécus. Ce n’est pas parce que les personnes autrices sont le produit d’une société sexiste, qu’elles ne sont pas responsables de leurs actes, elles le sont. Reconnaître qu’on merde, qu’on a merdé c’est possible, changer c’est possible. Les personnes qui acceptent de jouer ce rôle, qui choisissent de ne pas s’en extraire, qui profitent de leurs privilèges, ces personnes sont complices de ne rien faire pour changer elles-mêmes et leurs comportements et pour ça, ce sont des merdes. Seulement, on peut aussi considérer que la merde est partout, autour de nous et aussi en nous toustes. Penser que la prison pour les violeurs est un remède miracle n’a pas de sens. Penser que la prison tout court est un remède à quoi que ce soit n’a pas de sens. Penser qu’il existe un remède miracle contre les violeurs n’a pas plus de sens.

problème dans le système

La police, la justice, la prison ne sont pas là pour vous « protéger » car ces institutions sont les rouages d’un état patriarcal qui protège les auteurs et perpétue ces violences à l’intérieur même de ses institutions. Demander des droits, c’est demander à l’état patriarcal de s’en porter garant, c’est demander à la source même des oppressions d’y mettre fin. La culture du viol imprègne les flics, les juges, les avocat·es, les procureur·es, les magistrat·es, iels appliquent leurs représentations sexistes et raciste sur les concerné·es et parmi elleux il y a aussi des agresseureuses qui soutiennent et protègent les autres. Qui font les lois ? Des hommes cis, hétéronormés, blancs et riches. Qui remplissent les taules ? Toustes les autres… Les non-blanc·hes, les pauvres, les pas normé·es, les trans… Penser la taule comme une option possible, c’est oublier les biais de ce système et fermer les yeux sur ce qu’il perpétue. Bien qu’avoir recours au pénal, porter plainte, pour certaine est une question de survie à un moment donné, cela ne reste pas une solution en soit, c’est un palliatif. Le problème est systémique. Lutter contre le patriarcat ne se cantonne pas à une tentative de changer des comportements, c’est lutter aussi pour la destruction de tout un système oppressif, pénal et étatique.

les agressions ne s’arrêtent pas aux portes des taules

Les biais patriarcaux sont présents en prison comme partout ailleurs, la prison n’est que le reflet de la société. Les prisonier·es ne sont pas des héro·ines exemptes de comportement de merde. La prison n’exclut pas le sexisme, la lesbophobie, la transphobie, l’homophobie… Au sein même de la taule il y a des viols et des agressions. Les personnes homo et les trans en sont très souvent victimes. Pour tenter d’éviter ça iels se retrouvent contraint·es d’être placé·es à l’isolement, c’est à dire en cellule individuelle, sans aucun contact avec les autres prisonier·es et le moindre mouvement encadré par des matons. Iels subissent donc une double peine. Autre exemple, les violeurs condamnés, appelés « pointeurs », se font souvent défoncer, par les autres détenus ou par les matons. La taule c’est comme la société, une vaste hypocrisie, ça condamne le viol par le viol. Quand un mec cis défonce un violeur en taule, il défonce un violeur “reconnu”, il frappe ce que la société à travers sa police, ses tribunaux et ses taules reconnaît comme un violeur. Par sa violence, il renforce la séparation symbolique entre lui et le violeur. L’usage de la violence lui permet bien souvent d’éviter de réfléchir sur ses propres comportements et de continuer de se voiler la face. Cette violence là, qui consiste à s’acharner sur le bouc émissaire du viol n’a rien à voir avec celle menée par les survivant·es contre leurs bourreaux. La prison de part sa violence permanente, encourage et perpétue la violence viriliste.

Alors franchement, si on pense encore une minute que la taule est une solution pour régler son compte au patriarcat, on se fout un barreau dans l’œil.

pour qu’on se tienne sages

Les viols ne se sont pas magiquement arrêtés depuis qu’ils sont criminalisés, ce qui remonte à 1810 quand même. La soi-disant menace de la prison ne sert donc à rien. La prison n’a aucune incidence sur la culture du viol, voir pire, elle entretient une image fantasmée du monstre alors que la plupart des agressions ont lieu dans le cercle familial ou par des personnes connues de lea survivant·e. Elle nous maintient dans une peur stéréotypée, pourtant les agressions sexistes sont perpétués par tout le monde, dans des milieux populaire, chez les bourgeois, chez les anar… Cette peur sert aussi à nous maintenir dans un statut de victime incapable d’agir, de réagir. Cela nous dépossède de tout droit de réponse, de toute recherche de solution par nous même et pour nous même. On parle souvent de la violence de l’état et de la nécessité à utiliser cette même violence contre celui-ci et ses représentant·e. Ne sommes-nous pas là aussi, face aux violences sexistes structurelles, dans la nécéssité d’utiliser cette même violence pour en combattre ses représentant·e ? C’est à chacun·e de savoir et choisir ou placer ses curseurs de vengeance, de pardon, de réparation, d’acceptation et de survie.

une prison genrée

Tout le système pénal entretient des normes de genre qui enferment doublement, physiquement et symboliquement dans des rôles stéréotypés. La prison participe activement à te faire rentrer dans la norme, soit un mec viril ou soit une meuf docile. La prison t’enferme dans un genre, le genre t’enferme dans une prison. La face cachée de la prison dans une société hétéronormé et sexiste, ce sont les femmes, les mères, les copines, qui payent les conséquences de l’enfermement même dehors. Ce sont elles qui se tapent comme toujours le travail invisible du soin (laver le linge, écrire, soutenir…) et la gestion des gosses s’il y en a. Alors si on veut dire merde à tout ça, faut dire merde aux prisons.

ce monde est une prison

S’opposer à la prison ce n’est pas juste se battre contre des barreaux de fer qui entraveraient des libertés. Les barreaux, tu les as autours de toi, tu les sens dans ta chair, tu les vois dans ta tête, tout le temps. Ce sont toutes les injonctions au genre que tu te prends sur la tronche, toutes les oppressions que tu subies, toutes ces libertés qui n’existent pas pour toi. Ce sont aussi ces barreaux du quotidien qu’il faut faire sauter pour tendre vers la liberté. *si les personnes autrices de violences sexuelles sont mises au masculin, cela ne veux pas dire que les violeuses, agresseuses n’existent pas, seulement qu’en proportion cela représente une moindre proportion.


Pour aller plus loin

Pourquoi faudrait-il punir ?, Catherine Baker, éditions Tahin Party, 2004

Pour elles toutes, Gwenola Ricordeau, Lux Éditeur, 2019

Femme trans en prison, juin 2011 , disponible aussi sur infokiosques.net

Emissions de radio féministe/queer sur la prison sur radiorageuses. net